Congrès MJS 2005

Publié le par SDJ 30

7e congrès du MJS
Publié le 9 décembre 2005

Du 9 au 11 décembre, le Mouvement des jeunes socialistes tient son septième congrès à Paris. Les jeunes de SDJ qui y militent ont déposé un texte d’orientation intitulé "Combattre en jeunes socialistes" et ils proposent un plan d’action nationale.

Téléchargez le texte depuis le site du MJS.

Ce texte est présenté par : Jules Aimé (AF 86), Lucas Armengol (31), Damien Baillet (CF 84), Sandrine Bernard (AF 94), Stéphanie Blanpied (34), Jérémy Brisson-Chiron (AF 16), Sébastien Carrara (AF 80), Simon de Charentenay (BN 34), Alexis Darmois (AF 38), Adrien Degeorges (67), Benoît Degiovanni (13), Astrid Desbuquois (CF 59), Guillaume Descorps (AF 64), Ludovic Devergne (Délégué CCR Poitou-Charentes), Ghita El Khyari (CF 75), Julie Fradin (AF 85), Lucile Guibert (AF 49), Florent Guitton (BN 63), Benjamin Houard (CF 68), Cyril Jayet (RG 92), Nicolas Julien (CF 30), Alban Kerboeuf (AF 22), Annaïg Le Moël (56), Katya Long (77), Thibaut Meunier (AF 63), Cécile Michaux (CF 69), Rémy Oddou (AF 05), Georges Péralès (AF 30), Sarah Proust (BN 92), Badr Slassi (95), Benoît Schmaltz (AF 74).

Les militants qui se reconnaissent dans cette motion sont les acteurs d’une aventure générationnelle. C’est une aventure politique qui propose de prendre pleinement possession des moyens qui nous sont offerts pour changer l’ordre des choses. Vouloir déposer un texte à ce VIIème Congrès du Mouvement des Jeunes Socialistes, c’est considérer que l’utilité de notre organisation dans les évènements à venir résulte d’abord du débat idéologique avant le temps du rassemblement. Dans la continuité du dernier congrès, mais de façon beaucoup plus impérieuse pour celui-ci, il faut clarifier notre orientation collective. En effet, les doutes dont l’orientation majoritaire a fait part au dernier Congrès sur la question européenne, ainsi que la faiblesse du Mouvement lors du référendum du 29 mai 2005 ne peuvent être occultés. C’est mentir honteusement que d’affirmer qu’il n’a pas été douloureux, de surcroît pour les plus jeunes camarades, de s’affronter de la sorte pendant la campagne. Les positions se sont frontalement opposées, les débats ont été déchirants bien que structurants pour chacun. L’histoire est ironique, elle exige maintenant que nous nous rassemblions. Nous sommes les jeunes héritiers d’une idéologie collective et c’est bien elle qui a été fracturée. Sa régénération passera par notre rassemblement, mais dépendra d’abord d’une saine clarification.

Pour que le rassemblement soit véritable, qu’il ne soit pas le produit de la mystification de certains, nous posons la condition de la discussion de fond comme préliminaire à un travail commun. Comme tout les deux ans, il nous faut nous rappeler, jeunes socialistes, s’il y a encore davantage qui nous rassemble plutôt qui nous divise. Si certains Congrès n’ont pas toujours été à la hauteur dans cette tâche, celui-ci revêt une particulière importance dans cette mission. Dès lors, le sens de notre texte est l’expression d’un point de vue de la jeunesse socialiste. Ce n’est pas un projet gouvernemental, censé cataloguer toutes les mesures à prendre, mais notre vision de la société, des combats qu’il nous reste à mener et de la manière dont on pourrait le faire. C’est donc un choix délibéré de notre part que de refuser d’énumérer tous les thèmes dans lesquels il y faudrait politiquement intervenir. En revanche, ceux déclinés dans notre motion se veulent être les traits saillants des réformes à mener pour être à la hauteur de nos responsabilités.

Ainsi notre responsabilité est claire : provoquer le changement. D’abord le Grand changement de 2007, où notre volonté est de destituer l’Etat de Droite pour le remplacer par un gouvernement progressiste, offrant une perspective résolument de Gauche au pays. Le changement dans le fonctionnement de notre Mouvement aussi, vers plus de dialogue entre les sensibilités et moins de centralisme de la direction nationale. Le changement dans nos modes de militantisme enfin, où notre dessein est de renouveler les pratiques militantes de l’organisation pour construire dès à présent l’avenir des jeunes socialistes qui nous succèderont.

Commenter cet article