Pour Strauss-Kahn, Bayrou est avant tout un concurrent

Publié le par SDJ 30

medium_060520081025.5k0lwt850_dominque-strauss-kahn-suivi-de-son-epouse-anne-sinb.jpgLYON (AFP) - Dominique Strauss-Kahn, candidat à l'investiture PS pour 2007, interrogé sur un possible rapprochement avec François Bayrou, a indiqué vendredi à Lyon avoir "beaucoup d'imagination" mais considérer avant tout le président de l'UDF comme "un concurrent". "J'ai énormément d'imagination mais je crois que les socialistes sont socialistes et ont vocation à attirer vers eux les électeurs de M. Bayrou. Donc, nous sommes concurrents", a affirmé M. Strauss-Kahn lors d'un point-presse préalable à une rencontre avec les militants socialistes du Rhône. "Mais j'ai trouvé son intervention très courageuse", a répété le député du Val d'Oise au sujet du discours tenu à l'Assemblée mardi par M. Bayrou, qui s'est ensuite joint à la motion de censure socialiste contre le gouvernement Villepin. Concernant la course à l'investiture au sein du PS pour 2007, il a souligné sa volonté que soit organisé un grand "débat de fond entre les candidats". "On ne doit pas priver les militants du droit à faire leur choix et il faut qu'il y ait suffisamment de temps. Suffisamment de temps, ce n'est pas trois semaines", a proclamé M. Strauss-Kahn. Selon lui, ce débat est d'autant plus fondamental "qu'aucun prétendant socialiste ne s'impose". "Au PS, on a toujours eu un candidat qui s'imposait, généralement le premier secrétaire. Là, le premier secrétaire (François Hollande) n'a pas réussi à imposer suffisamment son leadership", a-t-il estimé. Il a également refusé de reconnaître toute légitimité aux sondages. "Si les militants croyaient aux sondages, ils seraient 90% à soutenir celui (ou celle) qui se dégage dans ceux-ci. Or, on le voit bien, les militants attendent le débat", a fait valoir M. Strauss-Kahn, en référence à Ségolène Royal, donnée grande favorite dans les sondages.

Publié dans Actualité

Commenter cet article