Lettre aux partisans du "non"

Publié le par SDJ 30

 

Et maintenant ?

Par Nicolas Cadène, SDJ 30

Voici une lettre envoyée aux responsables politiques et associatifs de la défaite du "oui" au référendum du 29 mai 2005.


Madame Buffet, Monsieur Cassen, M. Nikonoff, M. Bové, M. Besancenot, M. Mélenchon, M. Emmanuelli, M. Fabius,

Vous qui vous êtes portés en "hérauts" du "non" de gauche, vous qui nous avez affirmé pouvoir renégocier une Constitution et vite,

Qu'en est-il aujourd'hui ?
Au-delà de vos luttes pour le pouvoir (au PS, ou pour un "Front de gauche") ou d'influence et de reconnaissance (attac), quels sont désormais vos propositions ?

Qu'allez vous faire pour répondre aux Français respectables et qui vous ont fait confiance en votant "non" ?

Quelles sont vos grandes idées et innovations ?

Quelles sont vos participations et pour quelle Europe ? (rappelons que vous n'aviez pour la plupart, fourni aucune proposition lors des travaux de la Convention qui élaborait la Constitution européenne)

C'est étrange, vous n'en parlez plus.
On ne vous entend plus.
Il semblait pourtant que les médias n'avaient plus de secret pour vous.

Vous semblez ne plus vous en soucier.

Comme si votre "non", celui de vous : leaders politiques et associatifs, se révélait être un "non" démagogue, conservateur et protectionniste, un "non" de repli.
Un "non" qui n'est pas celui que voulait signifier la population.

Votre "non" à vous est intéréssé, a pour but de reconcquérir un électorat, une reconnaissance et un pouvoir.

Je ne vois rien aujourd'hui sur vos sites Internet (attac, nonsocialiste, LCR, PCF, etc.).

Rien que des "auto-congratulations", des appels à des manifestations futures.

Rien de crédible, aucune pétition, aucune proposition de renégociation, aucune pression exercée sur les Etats.

Les socialistes du "non" proposent des "motions" pour reprendre le pouvoir au sein du PS et le PC a simplement adressé une timide lettre d'une demie page au Président de la République, lui demandant de retirer sa signature du traité établissant une Constitution pour l'Europe. Grandiose...

Mais que pouvions-nous espérer de ce "non" ?
Sans doute rien.
Du moins pas avec de tels leaders. La population était -et c'est normal- aveuglée par une crise économique et sociale dramatique.

Vous, politiques et associations de gauche et d'extrême gauche en avez largement profité et avez joué sur la peur.

De plus malgré la propagande pour le "oui", il semble que la désinformation ait été plus forte du côté des "non".

Vous avez qui plus est, tracé un large "boulevard" à la droite qui dans son nouveau gouvernement place son plus libéral en numéro 2 ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

Vous avez joué avec le sort politique de l'Europe à des fins strictement personnelles

A quoi à servi ce "non" français que vous avez prôné ?

Il a servi à vous, leaders politiques et d'associations radicales, mais il n'a en rien servi la cause européenne et la cause du peuple.

Peuple à qui vous avez menti et qui ne criait pas le même "non".


Nicolas Cadène.

SDJ 30

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article