Ségolène Royal : quelle campagne ?

Publié le par SDJ 30

medium_061120165926.sywjuyov0_la-candidate-du-parti-socialiste-segol-ne-royal---b.jpgSégolène Royal, élue jeudi candidate du PS à l'élection présidentielle, entend exploiter l'élan de sa victoire pour reprendre sa campagne "participative" devant les Français, sans s'octroyer de pause, selon des membres de son entourage.
 
Mme Royal va d'autre part arrimer le Parti socialiste à sa campagne, toujours selon ses proches, ce qui est aussi la volonté du premier secrétaire François Hollande et des principaux dirigeants du PS.
 
La députée des Deux-Sèvres veut tirer tout le profit possible de sa désignation par les militants avec 60,65% des voix, en poursuivant son "dialogue avec les Français". "Elle ne veut pas laisser retomber le souffle", affirme l'un de ses amis, Julien Dray, qui rappelle qu'"elle aime les campagnes longues".
 
Ce sera "une campagne moins traditionnelle" que les campagnes présidentielles passées, "participative et décentralisée", affirme M. Dray, par ailleurs porte-parole du parti. "Des comités de soutien régionaux" seraient mis en place.
 
La candidate, qui devait être l'invitée du journal de TF1 lundi soir, animera dès vendredi "un forum" à Evry, en Essonne, département dont M. Dray est député.
 
Gilles Savary, porte-parole de Mme Royal, avait déjà affirmé samedi que la candidate ne voulait pas "se couper de sa base".
 
La priorité reste donc aux déplacements en France, selon son entourage. Il y aura toutefois quelques déplacements à l'étranger, précise-t-on de même source : Allemagne, pays du Maghreb, Afrique du sud, mais sans doute pas le Proche-Orient ni l'Asie.
 
D'autre part, les violons semblent être en train de s'accorder sur la place du PS dans la campagne. Il y serait en première ligne. Selon un de ses proches, Ségolène Royal s'appuiera sur son petit noyau de proches collaborateurs et travaillera en étroite coopération avec la direction du parti. A la fois numéro 2 du PS et coordonnateur de la campagne interne de Mme Royal, le maire de Dijon François Rebsamen devrait être au coeur du dispositif, selon cette source.
 
L'organigramme de la campagne ne sera toutefois pas connu rapidement, pas même dimanche au congrès qui doit investir officiellement Mme Royal, selon un haut dirigeant du PS.
 
"Le socle de sa campagne, c'est le PS et l'instrument de sa campagne, c'est le projet socialiste", a déclaré lundi le numéro un du PS, et par ailleurs compagnon de Mme Royal, François Hollande, en insistant sur l'atout que représente "la force collective" des militants.
 
Ce qui ne signifie pas brider la candidate, à entendre M. Hollande. Ségolène Royal "doit défendre les propositions du PS et le faire avec sa liberté de ton, son originalité", a-t-il dit. "Il n'y aura pas deux chemins parallèles", renchérit Julien Dray.
 
La députée des Deux-Sèvres, qui s'est isolée le week-end dernier à Melle, n'a pas encore pris contact avec Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, qui lui ont laissé des messages vendredi dernier. Interrogés sur ce silence, Claude Bartolone (courant Fabius) ne lui accorde "aucune importance", tandis que le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis ne fait "aucun commentaire".

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article