Georges Frêche menace de "semer la panique" en sortant ses dossiers sur l'affaire Urba

Publié le par SDJ 30

Le président socialiste du conseil régional de Languedoc-Roussillon Georges Frêche, qui a suscité la réprobation par ses propos sur la proportion de noirs dans l'équipe de France, a fait du "chantage" en déclarant mardi qu'il pourrait "semer la panique" en sortant ses dossiers consacrés à l'affaire Urba-Gracco. Tout en assurant qu'il ne dirait rien, car "l'avenir de Ségolène Royal" est "plus important que ma modeste personne".

Selon "Midi Libre" du 16 novembre, M. Frêche aurait tenu les propos suivants lors de la séance du conseil de Montpellier Agglomération, au sujet de l'équipe de France de football : "Dans cette équipe, il y a neuf blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre. Ce serait le reflet de la société. Mais, là, s'il y en a autant, c'est parce que les blancs sont nuls. J'ai honte pour ce pays. Bientôt, il y aura onze blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine."

Le conseil national du Parti socialiste devait se prononcer ce mardi sur d'éventuelles sanctions contre l'élu. "A Paris, (...) il y en a un certain nombre, de plus en plus, qui veulent ma peau depuis toujours, parce que je suis un type qui n'est pas dans la norme", a commenté Georges Frêche, qui s'est exprimé mardi devant la presse à Montpellier.

"Je dis ce que je pense, et ça les gêne et surtout parce que j'ai combattu Urba Conseil depuis 1980", a-t-il dit, en référence à l'affaire de financement occulte du PS qui a valu la condamnation du trésorier du parti Henri Emmanuelli.

Dans cette affaire, "je pourrais semer une panique que vous ne pouvez pas imaginer", a-t-il affirmé, soulignant qu'il a "gardé toutes (ses) archives depuis 30 ans, toutes les interventions qu'on a faites auprès de (lui)". "Moi, je peux dire que je suis propre et sans tâche, je n'ai jamais pris un sou au contribuable nulle part", a-t-il ensuite assuré.

Mais "l'avenir de Ségolène Royal comme candidate à la présidence de la république des Français, est pour moi plus important que ma modeste personne", a-t-il ajouté, en rappelant qu'il avait "soutenu Ségolène Royal". C'est pour ça que je ne dirai rien". "Le PS, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, ils peuvent régler leurs comptes. (...) Je ne ferai rien contre mon parti", a-t-il finalement assuré.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Nicolas CadÚne 22/11/2006 20:34

Si, SDJ s'est opposé fermement aux propos de G. Frêche et demande des explications.Nous sommes indépendants de Damien Alary.Ensuite, me concernant, je souhaite son exclusion du Parti.

Frêche & SD 22/11/2006 16:21

Quel est la position de SDJ 30 / SD 30 sur les derniers propos du "camarade" Frêche ?Demandez-vous son exclusion ?J'en doute, ayant aperçu Damien ALARY venant soutenir FRECHE à Paris...