Sarkozy aurait proposé un "super-ministère" à Hulot

Publié le par SDJ 30

medium_Nicolas-Sarkozy-3-6.jpgNicolas SARKOZY aurait proposé à Nicolas HULOT un "super ministère du Développement durable" ayant des compétences dans les transports, le logement, l'équipement et l'énergie.

"Nous ne lui proposons pas un poste de vice-premier ministre vide et sans pouvoir", explique dans le quotidien Le Parisien Nathalie KOSCIUSCO-MORIZET, responsable des questions d'écologie au sein de l'UMP.

Selon "NKM", le poste proposé par le président de l'UMP et probable candidat à la présidentielle "aurait un levier formidable sur tous les grands corps d'Etat"...

La députée de l'Essonne avait déjà tenté en 2002 et 2004 de convaincre Nicolas HULOT d'accepter un portefeuille ministériel...

Le futur "super-ministre" aurait notamment le pouvoir sur la Direction départementale de l'Equipement, la Direction régionale de l'industrie et de la recherche (DRIRE), selon Le Parisien.

Nicolas SARKOZY a écrit à l'ancien animateur de télévision pour lui dire qu'il adhérait aux cinq principales propositions de son "Pacte écologique", précise le journal...

Or, en tant que ministre de l'Interieur, Nicolas SARKOZY est aussi en charge de l'aménagement du territoire et son action (ou plutôt son inaction) parle pour lui...

Egalement, si Nicolas HULOT veut investir le champ politique, il faudra qu'il investisse le champ de l'action. Or, à droite, il y a beaucoup de "mots", mais peu d'action dans le domaine environnemental.

Au niveau de son département, les Hauts-de-Seine, selon le groupe politique "les Verts", Nicolas SARKOZY, en matière d'alimentation pour les collégiens du département :
- a refusé de s'opposer à la présence d'organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les plats servis aux collégiens alors que ces produits inutiles sont dénoncés pour leur dangerosité tant au plan de la santé que pour la menace irréversible qu'ils font peser sur les écosystèmes et l'environnement ;
- a refusé d'introduire, même partiellement, des produits issus de l'agriculture biologique, agriculture non polluante, durable, créatrice d'emplois et offrant des aliments exempts de produits chimiques.

Mais il serait intéressant de noter également que Nicolas HULOT ne peut présenter un programme écologique gouvernemental, cela s'illustre par l'incohérence de ses propos : 


medium_20060918.FIG000000128_20610_1.jpgOn constate que Nicolas HULOT ne se positionne jamais politiquement : ni à gauche, ni à droite.

Or, c'est à droite que l'on prône le libéralisme guère régulé. C'est à gauche que l'on trouve le souci de réguler les activités économiques au profit d'un plus grand nombre.

Comme l'a écrit hier mardi 21 novembre un lecteur de Libération : " l'écologie vue par la droite, c'est quelques ours relâchés dans les Pyrénées par madame Olin. Oh ! Bien sûr, tout n'est pas «vert» à gauche ! Mais c'est pourtant là que l'on trouve les hommes et les femmes qui pensent et agissent à long terme."

En effet, gouverner c'est également choisir, et les considérations écologiques ne transgressent pas toujours la politique.


Nicolas CADENE

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article