François Hollande invite à ne pas "oublier" la "menace" Le Pen pour la présidentielle

Publié le par SDJ 30

medium_SGE.RJQ41.170706174304.photo00.jpgLe Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande a invité dimanche à ne pas "oublier" la "menace" d'une présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2007.

"Ce qui s'est produit peut se reproduire", a affirmé François Hollande sur Radio-J. "A vouloir oublier cette menace, c'est en définitive la rendre possible."

"Dès lors que 25% des Français, dans des sondages, disent qu'ils n'excluent pas de voter Jean-Marie Le Pen, ça peut vouloir dire qu'effectivement, il peut réaliser un score tout proche de celui de 2002, voire davantage", a-t-il estimé. "A partir de là, tout est possible."

Le président du Front national "est un de nos adversaires" et même "le plus éminent parce que c'est celui qui est contre (...) les principes qui, pour moi, sont essentiels dans la République", a souligné le député-maire de Tulle (Corrèze). "Nous, les socialistes, ferons campagne contre Jean-Marie Le Pen",

Au cours de la campagne, le Front national "va tenter de se cacher (et) de laisser d'autres travailler à sa place", a encore prévenu François Hollande, accusant le président de l'UMP Nicolas Sarkozy de s'être "engagé dans ce sens".

Il a également dénoncé le discours "ni droite ni gauche" tenu notamment par le candidat de l'UDF François Bayrou. "Il n'est pas bon, quand il y a déjà des extrêmes qui poussent ici ou là, que ceux qui, justement (...) seront peut-être associés aux responsabilités du pays, tiennent des discours ni droite ni gauche, contre les institutions, contre le système médiatique", a-t-il affirmé.

Interrogé sur les déclarations de Jean-Marie Le Pen concernant ses difficultés à réunir les parrainages d'élus nécessaires pour se présenter, le Premier secrétaire du PS a rappelé qu'il avait "toujours réussi à avoir les 500 signatures". "C'est à Jean-Marie Le Pen d'aller chercher ses signatures et seulement à lui", a-t-il dit.

Publié dans Actualité

Commenter cet article