Condamnation à mort des infirmières bulgares et du médecin palestinien : dénoncer un verdict partial

Publié le par SDJ 30

Adeline Hazan dénonce fermement la condamnation à mort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien incarcérés à Tripoli.

Le verdict de ce procès, qui vise à faire de ces soignants étrangers en Libye des victimes expiatoires des problèmes sanitaires de l’hôpital de Benghazi, ne rend justice à personne.

L’appel demandé par les accusés devant la Cour suprême est une occasion pour le gouvernement libyen de montrer, si cela est possible, que le système judiciaire libyen peut respecter les droits de toutes les parties. Les accusés ont droit à un jugement équitable et les familles des enfants contaminés ont le droit de connaître la vérité. Cela ne sera possible que si l’ensemble des pièces apportées au dossier par la défense et la communauté scientifique sont prises en compte.

Adeline HAZAN exhorte les responsables libyens et la justice libyenne à permettre la tenue d’un procès juste et équitable.

Elle demande également aux autorités européennes de condamner cette décision purement politique dans un procès partial.

Avec le Groupe socialiste au Parlement européen, une initiative avait d’ailleurs déjà été lancée en juin dernier pour leur libération.

 

Communiqué d’Adeline Hazan
Députée européenne

Publié dans Actualité

Commenter cet article