Bernard Kouchner et Bernard Tapie : une étonnante indulgence vis à vis de Nicolas Sarkozy...

Publié le par SDJ 30

medium_kouchner.JPGL'ancien ministre socialiste Bernard Kouchner, très critique à l'égard du Parti socialiste, se dit prêt à entrer dans "un gouvernement d'union nationale" en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle.

"S'il y a un gouvernement d'union nationale, dépassant les clivages habituels, s'il y a une vraie 'équipe de France', oui", répond l'ancien ministre, interrogé, dans un entretien publié vendredi par "Le Parisien/Aujourd'hui en France", sur son éventuelle participation à un gouvernement présidé par Nicolas Sarkozy après la présidentielle.

"Il faut passer un cap difficile de cinq à dix ans, pour que notre pays retrouve son rang", explique-t-il.

Bernard Kouchner, qui a un temps affirmé qu'il serait candidat à la présidentielle, est particulièrement critique à l'égard de la campagne menée par les socialistes. Selon lui, il y a "de bonnes idées et beaucoup d'archaïsmes" dans le projet socialiste et il faudrait "ne plus mentir à ceux qui souffrent".

"Cela étant, je suis inscrit au PS, fidèle à ce parti", ajoute-t-il.

Après une telle déclaration, on peut légitimement se demander si M. Kouchner n'est pas un tantinet opportuniste, tant les positions du ministre de l'Intérieur-candidat sont censés lui être éloignées...

Etonnant.

medium_SGE.AKU53.101006083116.photo00.jpgCe positionnement fait suite à celui de Bernard Tapie, également surprenant.

Invité sur RTL à dire sa préférence entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre PRG (pourtant rallié à Ségolène Royal) a indiqué qu'actuellement son curseur se situait "plutôt" du côté de Nicolas Sarkozy, en raison de "l'arrivée de Chevènement" auprès de la candidate socialiste.
 
Bernard Tapie a cependant jugé que Ségolène Royal est "infiniment moins stupide ou beaucoup plus consistante que ceux qui veulent la détruire le disent".
 
Il a ajouté qu'il "prendrait position fortement pour l'un des deux" pendant la campagne.
 
Pour lui, le "vrai défaut" de Ségolène Royal, "c'est le positionnement politique qu'elle risque d'être obligée de prendre", a-t-il dit.
 
M. Tapie critique le ralliement de Jean-Pierre Chevènement à Mme Royal, car il juge "inconciliable" les propositions de ce dernier avec celles de la candidate socialiste et du président du PRG, M. Baylet.
 
Le nom de Bernard Tapie avait été avancé un temps par la direction du PRG pour la présidentielle de 2007.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

voyance gratuite 01/03/2017 13:11

C’est pour la première que je viens de visiter votre site et je le trouve vraiment intéressant ! Bravo !