Chirac veut peser sur le débat électoral, mais ne lâche rien sur ses intentions

Publié le par SDJ 30

medium_869506572.jpgJacques Chirac a montré son intention de peser sur le débat électoral pour 2007 en présentant dimanche ses voeux aux Français, plaidant pour l'unité de la France autour des valeurs républicaines, tout en se gardant de rien dévoiler sur ses intentions.
 
Dans les derniers voeux aux Français de son quinquennat, le chef de l'Etat a prévenu qu'il s'engagerait "pleinement" pour des "débats ouverts, démocratiques et responsables" d'ici aux élections de 2007, et a mis en garde contre "les apprentis sorciers de l'extrémisme".
 
Contrairement à la tradition des voeux télévisés du 31 décembre, le chef de l'Etat s'est exprimé non pas sur fond de jardins de l'Elysée, mais devant les drapeaux français et européen, pour bien souligner, selon son entourage, "la nécessité d'un rassemblement autour des valeurs républicaines" alors que s'ouvre la compétition pour la présidentielle et les législatives.
 
Jacques Chirac, qui doit annoncer au cours du premier trimestre de la nouvelle année s'il sera ou non candidat à sa succession, n'a rien lâché sur ce chapitre.
 
Pour le porte-parole du PS, Julien Dray, ces voeux constituent une "déclaration de quelqu'un qui, vraisemblablement, ne sera plus candidat en 2007". A l'opposé, le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a entendu dans le discours du chef de l'Etat "des voeux de futur candidat".
 
Pour son entourage, le président de la République a surtout voulu présenter "des voeux offensifs et engagés dans le débat qui s'ouvre". "Ce débat est légitime et le chef de l'Etat fixe les enjeux pour les mois qui viennent", a précisé cette source.
 
A cet égard, M. Chirac a recommandé aux Français de ne pas écouter "les apprentis sorciers de l'extrémisme". "La France est forte, la France est belle quand elle sait, tout à la fois, faire respecter ses règles et tendre la main", a-t-il dit, ajoutant que "nous pouvons être fiers d'être Français".
 
Il a mis aussi en garde contre "les idéologies, les illusions, le retour aux recettes qui ne marchent pas", et a demandé aux Français de faire "vivre intensément (leurs) convictions" à "l'heure des choix décisifs" du printemps 2007.
 
Parmi les enjeux du débat électoral, M. Chirac a avancé "le respect de la diversité et des différences, la laïcité, le combat contre le racisme, l'antisémitisme et le communautarisme".
 
Il a également insisté sur l'Europe en assurant que "depuis un an et demi nous avons choisi de faire progresser l'Europe des projets". La France avait refusé de ratifier la constitution européenne en mai 2005, important revers dans le mandat de Jacques Chirac.
 
Citant l'écologie comme autre enjeu majeur, M. Chirac a rappelé que la France organisera en février une conférence internationale pour la création d'une organisation mondiale de l'environnement, et jugé que le combat pour l'environnement "se gagne par le changement en profondeur de nos comportements et de nos politiques".
 
Il est revenu sur l'actualité sociale du moment et a souligné la nécessité de "mettre en place un véritable droit au logement opposable, c'est-à-dire faire du droit au logement une réalité". "Je demande au gouvernement d'avancer sur ce point dans les toutes prochaines semaines", a-t-il poursuivi, alors que l'association Les Enfants de Don Quichotte, soutenue par nombre de partis politiques, lui demande de signer sa charte en faveur des SDF et d'appeler à un "plan Marshall" pour les sans-logis.

Publié dans Actualité

Commenter cet article