Ban Ki-moon sème le trouble

Publié le par SDJ 30

medium_061441.jpgPassage de témoin à la tête des Nations Unies : désormais ex-Ministre coréen des Affaires étrangères, Ban Ki-moon succède à Kofi Annan. Mais  le remplacement du Ghanéen débute par une controverse sur les premières déclarations du nouveau Secrétaire général à propos de la pendaison de l'ex-dictateur irakien…
 
L'arrivée d'un nouveau patron à la tête de l'ONU s'accompagne de nomination d'une nouvelle équipe dirigeante : plusieurs pays suivent de près la désignation (par exemple) d'un éventuel nouveau chef des opérations de maintien de la paix, ou encore du chef du service politique de l'organisation internationale. Quant au nouveau Secrétaire général, il consulte, avant de désigner prochainement les heureux élus.
 
Entré en fonction lundi1er janvier, le sud-Coréen a aussi (et entre autre) rencontré les correspondants de  presse à New York. Et voilà qui a suscité la polémique. Interrogé sur la pendaison samedi dernier de l'ancien Président irakien Saddam Hussein, Ban Ki-moon a fait plus que d'être fidèle à sa réputation d'homme discret. Ban Ki-moon s'est refusé à rappeler l'opposition traditionnelle de l'ONU à la peine de mort. Peut-être parce que la Corée du Sud dont il a été ministre des Affaires étrangères applique la peine de mort. "Il ne faut pas oublier les victimes de Saddam Hussein", a commenté le nouveau Secrétaire général, qui s’est borné à dire qu'il revenait à chaque pays de se prononcer sur la question.
 
Sollicitée ensuite par la presse pour savoir s'il fallait voir dans ces commentaires un changement d'attitude de l'Onu, la nouvelle porte-parole de l'Organisation a rappelé qu'il n'y avait pas de changement en vue : la position des Nations Unies demeure a-t-elle précisé, à savoir que l'organisation n'était pas en faveur de la peine capitale. Un peu plus tôt le représentant de l'ONU en Irak, Achraf Kazi a d'ailleurs rappelé que l'ONU était contre la peine capitale, même pour les crimes les plus graves.
 
Cette note discordante mise à part, c'est un Ban Ki-moon très souriant qui a fait son entrée à l'ONU, plein d'espoir a-t-il dit. Il s'est adressé aux fonctionnaires onusiens et a déjeuné à la cafétaria de l'ONU où Kofi Annan se montrait très rarement. Ban Ki Mon a fait du Darfour sa priorité. Il s'est entretenu lundi avec Jan Eliason, l'émissaire diplomatique de l'ONU et se rendra à la fin du mois à la réunion de l'Union africain à Addis-abeba où il rencontra le Président soudanais pour tenter de le convaincre d'accepter le déploiement de Casques bleus.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article