Le journaliste du Canard enchaîné répond à Sarkozy

Publié le par SDJ 30

Les révélations du Canard enchaîné sur « La belle affaire immobilière de Sarko » ont fait pleuvoir démentis et communiqués de l'intéressé. Un des auteurs de l'article, Hervé Liffran réagit pour Marianne2007.
Vous avez révélé que Nicolas Sarkozy avait acheté son appartement de Neuilly à un prix bien plus bas que ceux du marché. Le ministre dément en bloc, exemples à l'appui…
Hervé Liffran : L'affaire est tout à fait simple : nous avons donné des prix qui sortent de la Conservation des hypothèques, lieu où sont déposés les actes des notaires. Ce sont des prix officiels. Nicolas Sarkozy évoque deux appartements du même immeuble vendus à des prix similaires, mais je ne sais pas d'où il sort ces prix. Soyons sérieux ! A quelles ventes fait-il référence ? Est-ce que ce sont des appartements de même surface, de même confort ? Est-ce qu'ils ont vue sur un mur, est-ce qu'ils jouissent d'un parking ou d'un jardin ? Et surtout : à quelles dates ont été effectuées ces transactions ? Le prix n'est pas le même en 1995 qu'en 1997. Rien n'est précisé, on ne sait pas de quoi il parle.

Nicolas Sarkozy a également déclaré : « Depuis dix ans, tous les journalistes d'investigation enquêtent sur moi ». Selon lui, tout ce qui pouvait être découvert sur lui a déjà été passé au peigne fin…
Je vous rappelle que Nicolas Sarkozy est le seul candidat qui n'a pas déclaré le détail de son patrimoine. Il y a environ un mois, la question lui a été posée par la presse : il n'a pas répondu, alors que tous les autres candidats se sont prêtés au jeu. Vendredi dernier, nous lui avons adressé un courrier pour lui demander des précisions sur ses opérations immobilières concernant cet appartement de l'Ile de la Jatte à Neuilly : Claude Guéant, son directeur de campagne nous a répondu, comme nous le racontons dans Le Canard enchaîné, que « la lettre avait été égarée » !

Quel est l'enjeu de ces révélations ? Pourraient-elle avoir des suites judiciaires?
Quand vous avez un candidat qui répète qu'il veut une « république exemplaire », le jour où il a une casserole, forcément, ça fait mal. Les autres révélations que nous faisons concernent le groupe Lasserre, qui a bénéficié de nombreux marchés grâce à la mairie de Neuilly. Evidemment, nous n'avons pas vocation à jouer les juges. Des esprits facétieux pourraient trouver des qualifications pénales à ce genre de choses. Mais je doute qu'un magistrat n'ouvre un tel dossier à la veille de la présidentielle. Peu s'y risqueraient. Même si ce serait très amusant !

Mercredi 28 Février 2007
Anna Borrel

Publié dans Actualité

Commenter cet article