Nicolas Sarkozy : un pas a été franchi

Publié le par SDJ 30

Cette information (ce n'est pas le premier cas) est très inquiétante (2 vidéos -qui n'ont pu filmé les faits les plus sérieux- sont également disponibles en cliquant ici et ici) :

"Des parents d'enfants des écoles primaires et maternelles Rampal et Lasalle à Belleville (Paris 19ème) ont décidé de se rendre ensemble vendredi matin le 23 mars au commissariat de leur quartier pour porter plainte contre des violences policières dont ils ont été victimes le 20 mars entre 16H30 et 18H00, nous informe le Réseau Education Sans Frontière.

Le mardi 20 mars 2007, la veille de l'annonce du départ de Nicolas Sarkozy du Ministère de l'intérieur, à la sortie de l'école, des parents d'élèves et des enfants ont assisté à l'arrestation musclée d'un grand-père d'origine chinoise, suite à un contrôle d'identité dans un café qui jouxte quatre écoles, à l'angle des rues Rampal et du Général Lasalle.
Cette personne qui s'apprêtait à aller chercher l'un de ses petits-enfants dans une autre école, située impasse Piver (11ème), a été arrêtée par un grand nombre de policiers, accompagnés de chiens.
Alors qu'il n'opposait aucune résistance, il a été menotté et jeté violemment dans une des trois voitures qui bloquaient le carrefour. Cette arrestation spectaculaire et musclée, survenue sous le regard des enfants, a entraîné l'indignation des parents rassemblés devant l'école Rampal.
Face à cette protestation, les forces de l'ordre n'ont pas hésité à brandir leurs matraques et auraient répandu massivement des gaz lacrymogènes.
Les enfants qui sortaient des écoles n'ont pas été épargnés par les gaz, entraînant toux et brûlures, selon des témoins. Parents, enfants et enseignants ont dû se réfugier dans les écoles maternelles et primaires en attendant la dissipation des gaz.

Avec l'arrivée des renforts de policiers et l'utilisation des bombes lacrymogènes, certains faits n'ont pu être filmés : un policier a empoigné fermement une caméra pour neutraliser le travail de témoignage.

La préfecture a finalement ordonné la libération du grand-père d'origine chinoise mercredi vers 16h20. Son délit était d'être en situation irrégulière.
La veille lundi, devant ces mêmes écoles, la police avait déjà arrêté une jeune femme d'origine chinoise, venue chercher sa nièce scolarisée en maternelle. Suite aux protestations des parents, elle avait été finalement relâchée quelques minutes plus tard.
Des parents ont porté plainte pour violences policières à l'antenne de police située rue Pradier, vendredi 23 mars à 8h45."



AFP : "Sans papiers : une directrice d'école maternelle de Paris en garde à vue"
 
PARIS, 23 mars 2007 (AFP) - La directrice d'une école maternelle, proche du lieu où s'étaient produits mardi des incidents violents entre parents d'élèves et policiers lors de l'arrestation d'un parent sans papiers d'enfants scolarisés, a été interpellée vendredi et placée en garde à vue, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.
    La directrice de l'école maternelle Rampal à Paris (XIXe) a été interpellée pour "outrage et dégradation de biens public en réunion", a-t-on précisé de même source. Elle a été placée en garde à vue au commissariat Erik-Satie du XIXe arrondissement.
    Selon Brigitte Wieser, porte parole de RESF (Réseau Education sans frontières), des policiers avaient interpellé mardi vers 18H00 dans un café appelé "le petit Rampal", le grand-père chinois et sans papiers d'enfants scolarisés dans le groupe scolaire de la rue Rampal, tout proche.
    Selon RESF, les policiers "n'avaient pas hésité à utiliser la violence physique et à asperger la rue de gaz lacrymogène pour disperser les parents qui s'opposaient à cette interpellation".
    Le grand-père chinois, emmené mardi en fin d'après-midi au commissariat du IIè arrondissement, a été remis en liberté mercredi, a précisé RESF.
    Selon un parent d'élève témoin des incidents de mardi, Gilles Dansart, "de nombreux parents de quatre écoles du quartier Belleville, situées rue Rampal et rue du Général-Lassalle, ont été alertés de l'arrivée de policiers vers 17h30".
    "Lundi soir, a-t-il ajouté, il y avait déjà eu une tentative d'arrestation devant l'école maternelle Rampal d'une dame venue chercher sa petite fille et les parents du quartier en avaient été choqués".
    "L'action des parents d'élève qui se sont opposés à l'interpellation du grand-père mardi, a ajouté ce parent, dépasse largement le cadre des sans-papiers: il y a, dit-il, des choses à respecter, les enfants, l'école".
    Plusieurs parents dont les enfants ont eu à subir les jets de gaz lacrymogène mardi ont par ailleurs voulu déposer plainte vendredi matin au commissariat du XIXe qui les a renvoyés sur l'IGS (Inspection générale des services, la police des polices).
    En conséquence, ces parents ont appelé à un rassemblement lundi matin devant l'IGS dans le XIIe arrondissement.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

NICOLAS 26/03/2007 12:18

LES DIRECTRICES D ECOLES MATERNELLES AUSSI SONT DES RACAILLES;;; DEHORS LES RACAILLES EN PRISON LES RACAILLES VOUS ALLEZ VOIR QUAND JE SERAI AU POUVOIR VOUS ALLEZ MOINS RIGOLER
 
NICOLAS