Ségolène Royal: une fin de campagne "projet contre projet"

Publié le par SDJ 30

medium_070410202721.ew5iuyis0_segol-ne-royal--candidate-socialiste---la-presidenb.jpgSégolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle, a déclaré mardi soir devant son Conseil politique de campagne que la fin de la campagne serait totalement axée sur les questions de projet, "projet contre projet".
Selon Stéphane Le Foll, directeur de cabinet du premier secrétaire François Hollande, "Ségolène Royal a fixé les grandes lignes de la fin de sa campagne, qui sera axée sur les questions de projet".
 
Ce sera, a-t-il précisé à l'AFP, "projet contre projet" : "la société apaisée et harmonieuse contre la société de confrontation et de violence, la société de l'emploi pour tous et pas uniquement des heures supplémentaires, la société où l'écologie est un enjeu positif et pas une contrainte sous la pression des lobbies, la société de la chance pour tous et pas du chacun pour soi, la république démocratique et laïque et pas une république qui irait vers le communautarisme".
 
Le tempo général des interventions, c'est qu'"on serre les coudes et on s'engage a fond".
 
"Chacun a le sens de la responsabilité qui est la nôtre aujourd'hui", a dit M. Le Foll. "Pas d'état d'âme", a dit un autre participant, "il faut faire le score le plus élevé au premier tour".
 
Au cours de la réunion du Conseil politique -qui rassemble le Bureau national et les représentants des partis associés, PRG et MRC-, les propos de Nicolas Sarkozy sur les origines génétiques de la pédophilie et du suicide d'adolescents "ont été dénoncés d'une façon forte", selon M. Le Foll.
 
"Notre opposition de fond, notre divergence fondamentale sur le plan idéologique et moral, a été réaffirmée", par "l'ensemble des intervenants", "on a dénoncé cette conception de la vie", a dit M. Le Foll. Ségolène Royal a elle même insisté sur le "refus du déterminisme".
 
Alain Bergougnioux, secrétaire national aux études, a souligné que cela "tourne le dos à la logique gaulliste", qu'il y a "une droitisation" : "on passe de Jaurès à Barrès", a relevé M. Le Foll.
 
Les participants ont reçu une note sur le Contrat première chance, un sujet "qui n'a pas été discuté" selon M. Le Foll.
 
Il a admis qu'il avait fallu "le temps qu'il fallait pour être suffisamment clair et en montrer tous les aspects". "Il n'y a plus de problème", a-t-il affirmé.
 
"On est arrivé à une bonne formule, une formule de pragmatisme", a noté François Hollande, le premier secrétaire, au sortir de la réunion.
 
Pour l'emploi des jeunes non qualifiés, "il n'y a aucune proposition de François Bayrou et de Nicolas Sarkozy", a affirmé M. Le Foll.

Publié dans Actualité

Commenter cet article