CSA = Chiffres Sévèrement Approximatifs !

Publié le par PS

Vu sur le blog de Guy Birenbaum

 

CSA = Chiffres Sévèrement Approximatifs !

medium_rencontresdecannes-rolandcayrol.3.jpg

     
"Non, non, on s'est pas trompés. On enregistre des mouvements". Roland Cayrol patron de CSA. France 3. 23h22
                Il n'y a donc pas eu de vague bleue. Pas le moindre tsunami  l'horizon. Et la plupart des commentateurs et sondeurs ne l'ont pas vue venir la "non vague" !   Mais, tout de même, au soir du premier tour, le dimanche 10 juin, il y a un institut de sondages qui s'est tout particulièrement "distingué". Cet institut c'est CSA.   Reprenons la projection en sièges qu'il a alors émise pour le dimanche suivant.   Un clic dans le grand bleu et vous serez chez CSA dimanche 10 juin.       Projection en Sièges     Mazette... de 60 à 90 députés pour le PS ! Au total, la gauche pouvait au grand maximum détenir 90 + 15 + 2 + 2 = 109 sièges. Et l'UMP se situait donc au minimum à 440 députés...Et pourquoi pas à 470 à elle-seule...     Bon, si vous comparez cette estimation avec celle du même CSA hier soir à 22 heures, y'a un blème... La photo est légèrement "bougée..."     Clic sur le rose et, c'est magique, tout a changé ! Le PS a plus de deux fois plus de députés - plus de deux fois plus ! - que ne le prévoyait CSA dimanche dernier. 90  X 2 = 180. Et ce matin le PS atteint seul 183 élus...   medium_Image_1.png     Bref, appelons les choses par leur nom, CSA s'est planté dans les grandes largeurs.   Certes, presque tout le monde en avait vendu de la vague bleue ; mais cette estimation là est tout de même assez unique et surtout, surtout, là où cela devient ennuyeux, c'est que, si l'on on observe les quatre élections qui viennent de se dérouler, CSA est assez lourdement récidiviste.      Pour s'en rendre compte, il faut remonter dans le temps.     

Ainsi, le 20 avril, à quelques minutes de l'interdiction drastique des sondages, à la veille du premier tour de la présidentielle, CSA balance une enquête "coup de poing". Une enquête qui sème le trouble tant ses résultats contredisent les tendances de tous les autres instituts.

 

Vous vous souvenez ?

 

2007 - Le Pen devant Bayrou au premier tour /Sondage CSA    
PARIS (REUTERS) - Jean-Marie Le Pen devancerait François Bayou au premier tour de la présidentielle en intentions de vote alors que l'écart entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ne serait que d'un point, selon un sondage CSA pour le site internet du Parisien diffusé vendredi à quelques heures de la prise d'effet de l'interdiction de publication de sondages avant le premier tour du scrutin. La candidate du Parti socialiste recueillerait 25,5% des intentions de vote au premier tour contre 26,5% à Nicolas Sarkozy tandis que le dirigeant du Front National est crédité de 16,5% des intentions de vote devant le dirigeant centriste à 16%.Quelque 19% des personnes interrogées prévoient de s'abstenir et de voter blanc ou nul.Le président de l'UMP et la candidate socialiste feraient jeu égal au deuxième tour, selon ce sondage pour lequel 21% des personnes interrogées se déclarent prêtes à s'abstenir ou à voter blanc ou nul au deuxième tour.Cette enquête a été réalisée vendredi auprès de 1.002 personnes âgées de 18 ans et plus.

 Ce sondage n'est alors pas vraiment passé inaperçu...

 Alors, bien sûr, tout le monde - oui tout le monde - peut se tromper... De bonne foi.

 

Mais pour CSA, cela fait décidemment beaucoup.

Le même CSA avait été déjà sévèrement tancé par la commission des sondages à propos de deux sondages eux-aussi publiés dans Le Parisien-Aujourd’hui en France (les 8 et 15 mars) : "Eu égard à certaines modalités de redressement appliquées aux résultats bruts de ces enquêtes, la commission, sans pour autant mettre en cause l’intégrité professionnelle de l’institut, exprime des réserves sur le caractère significatif des intentions de vote publiées dans ces deux sondages".


Il s'agissait alors de deux sondages dans lesquels François Bayrou "talonnait" pour la première fois (sic) Ségolène Royal. Le candidat de l’UDF y était crédité (le 8 mars) de 24 % des intentions de vote au premier tour, en progression de 7 points, derrière la candidate socialiste, donnée, elle, à 25 %, et Nicolas Sarkozy à 26%. Le 15 mars, l'enquête exprimait au contraire un recul de M. Bayrou, à 21 %. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal remontaient eux tous deux d’un point, respectivement à 27 % et 26 % d’intentions de vote, par rapport au précédent sondage CSA.


La direction de CSA, limite arrogante, maintenait alors "intégralement ses évaluations" dans Le Parisien.

 

Mais CSA ne s'est pas limité à ces grossières manips erreurs.

 

CSA est également l'institut qui a publié le fameux sondage qui nous prouve clairement combien les Français se moquent totalement que Nicolas Sarkozy ait joué les nababs aux lendemains de la Présidentielle.

 

Souvenez-vous encore...

 

QUESTION : Vous savez qu'après son élection Nicolas Sarkozy et sa famille ont dormi dans un grand hôtel Parisien, se sont rendus en jet à Malte et ont passé quelques jours sur le yacht d'un ami industriel.

Vous personnellement êtes-vous choqué ou pas choqué ?

 

  Ensemble des Français Electorat de premier tour
S Royal F Bayrou N Sarkozy J-M Le Pen
  % % % % %
- Choqué 31 62 27 12 8
- Pas choqué 65 37 72 84 92
- Ne se prononcent pas 4 1 1 4 -
TOTAL   100 100 100 100 100

 

Bah non, les Français n'étaient pas choqués.


Simplement, CSA, groupe indépendant, détenu par ses actionnaires fondateurs (56%) et par le groupe Bolloré (44%), oubliait dans sa question le nom de l'ami industriel (Vincent Bolloré). L'ami industriel actionnaire à 44% de l'institut qui justement - parfois la vie est bien faite - posait la question !

 

 

Bref, je trouve que pour l'ensemble de sa Présidentielle 2007, CSA mérite assurément un accessit.

Je vous laisse le plaisir de dénicher celui qui convient le mieux.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article