"Peur Sur Le Vil"

Publié le par SDJ 30

Point de vue de Sébastien Fontenelle
 
Vous l'avez sans doute remarqué: Nicolas Sarkozy est du genre peureux.

Voire: salement pétochard.

Je veux dire qu'une trouille abjecte saisit et paralyse Nicolas Sarkozy, quand Nicolas Sarkozy (et son entourage) se trouve(ent) confronté(s) à une vision de la réalité qui n'épouse pas complètement celle de Nicolas Sarkozy (et de son entourage).

Or, vous l'avez sans doute remarqué aussi: Nicolas Sarkozy a de la réalité une vision régulièrement (et singulièrement) déformée, qui lui fait (notamment) dire tout haut les mêmes choses que Le Pen.

De sorte que la prose de campagne de Nicolas Sarkozy ressemble d'assez près à un consommé de bobard(s), avec de gros morceaux de menteries.

Résultat: Nicolas Sarkozy donne l'impression d'évoluer dans la quatrième dimension, et nombreux sont les Françai(se)s qui, gentiment, essaient de lui signifier que ses divagations n'amusent plus guère que son fidèle Patrick Balkany (aka l'homme à qui tout le monde a pensé quand Nicolas Sarkozy, a déclaré, sur un quai de la gare du Nord à Paris, qu'il n'était pas, lui, du côté des fraudeurs, à l'inverse de la racaille gauchiste.)

Et donc, vous l'aurez compris: Nicolas Sarkozy vit désormais dans la peur - et dans les mensonges grossiers derrière lesquels Nicolas Sarkozy essaie de la dissimuler.

C'est ainsi que Nicolas Sarkozy a préféré annuler hier un déplacement à la Croix-Rousse, à Lyon, après avoir appris que des manifestants l'y attendaient, armés de slogans aussi brutaux que: "Vous n'êtes pas bienvenu".

Nicolas Sarkozy n'a cependant pas reconnu qu'il avait gravement les jetons (un peu comme quand il entend les mots "et si tu essayais d'aller en banlieue"): Nicolas Sarkozy a préféré mentir, et prétendre que son avion avait pris quelque retard.

Or: non.

Pas du tout.

L'appareil avait, bien au contraire, quelques minutes d'avance, à son arrivée à Lyon.

Personnellement, je préfère le Nicolas Sarkozy qui ment au Nicolas Sarkozy qui menace (les journalistes qui auraient l'outrecuidance de faire leur métier sans prendre l'avis de Nicolas Sarkozy): mais tout de même, je trouve inquiétant qu'un type qui prétend occuper d'assez hautes fonctions puisse mentir avec un tel naturel.

Je veux dire: si trois bobos lyonnais avec leurs petites pancartes en carton suffisent à le faire se réfugier sous la table, que se passera-t-il, si par malheur il est élu, quand d'abominables terroristes (évidemment barbus) menaceront notre pays?

Publié dans Actualité

Commenter cet article