Il faut convaincre, expliquer, informer, échanger.

Publié le par SDJ 30

 

Nous sommes le mercredi 15 juin 2005...
soit environ 2 semaines après le résultat du référendum.
Et déjà l'Europe a disparu ou presque de la sphère médiatique.
Pas tout à fait tout de même, mais quand sera-t-il une fois le Conseil européen - qui commence demain- terminé ?
Sans doute pas grand chose...
Pourtant la campagne référendaire nous a enseigné que les gens attendaient qu'on les informe convenablement de la construction communautaire, plus, qu'on les y associe.
Quoi de plus légitime ?
Pourtant, le débat semble se ralentir.                                                                                   
Certains anciens tenants politiques ou associatifs du "non" prouvent une fois de plus leur faiblesses et leurs mensonges.
Eux qui réclamaient durant la campagne, une véritable association à l'élaboration de l'Union, un véritable débat démocratique, alors même que la plupart n'avait pas jugé utile de participer à la Convention ayant élaboré la Constitution (sic), faut-il le rappeler ?
Et bien on ne les entend guère ces "grands ténors" du "non" !
Mais où est donc le fameux "plan B" tant promis qu'ils disaient être caché par de "tyranniques technocrates européens" ?
Quelle imposture !
Quel mépris du peuple, de leurs propres électeurs, de citoyens s'étant massivement déplacés pour enfin participer à cette aventure européenne !
Quelle déception pour certains électeurs honnêtes d'un "non" de gauche.
Eux qui, souvent trompés, croyaient en une Europe sociale en votant "non".
Tout cela parce qu'ils avaient cru logiquement leurs représentants ou de mystérieux "professeurs" et autres intellectuels de gauche.
En réalité, de malheureux carriéristes ou souverainistes qui usaient du populisme, de la démagogie, ou tout au moins, d'arguments fallacieux délirants.
Et bien, il ne serait pas de bonne augure de mépriser, nous partisans du "oui", ces électeurs honnêtes - mais trompés - du "non".
Il faut néanmoins continuer à affirmer notre opinion, ne pas laisser la place à ces lamentables tenants du "non".
Il faut surtout continuer à convaincre ces gens de gauche qui pourtant ont voté "non".
Car être de gauche n'était pas incompatible avec le vote "oui", à l'inverse de ceux qui a souvent été dit.
Il faut encore le démontrer.
Il faut amener nos concitoyens à débattre, à découvrir l'Europe, à connaître ses multiples identités, cultures, traditions, langues.
Il faut transformer créer de véritables pôles universitaires transnationaux, transformer nos programmes scolaires nationaux et les tourner largement sur l'Europe, sur cette formidable ouverture d'esprit, sur ce formidable partage et mélange sociale, ethnique, culturel entre peuples qui ont néanmoins les mêmes valeurs idéologiques.
Les valeurs des droits de l'Homme, de démocratie, de paix, de droits sociaux, d'urbanité, les mêmes valeurs culturelles et artistiques, etc.
Celles-ci sont à perenniser, seule l'Union de nos peuples le peut dans une mondialisation dérégulée.
On le sait depuis le 29 mai 2005 : l'Europe unie demande les peuples unis.
Seul ce mélange éducatif, des programmes médiatiques véritablement européens, et une information constante et diversifiée sur l'Union européenne le permettront.

Nicolas Cadène

SDJ 30

Publié dans Europe

Commenter cet article

Simon 19/06/2005 14:43

Merci pour ta précision.

Certes. Mais certaines personnes ont voté OUI sans s'interesser au texte parce qu'"on ne peut pas voter contre l'Europe". D'^ù le rfait que nous devions reexopliquer sans cesse que nous ne sommes pas anti européen, mais que nous ne pouvons cautionner les politiques absurdes des traités adoptés, confirmés par le TCE.

Nicolas CadÚne 18/06/2005 19:18

Simon,
justement lorsque tu dis "en gros", tu grossis et caricatures mon propos.
D'une part, oui je pense que certains votants du "non" se sont fait manipuler.
Franchement, est-ce une découverte pour toi ? Je ne pense pas.
D'autre part, non, certains électeurs du "non" n'ont pas été manipulés.
Et dans ces derniers, certains ont voté "non" pour des raisons souverainistes, anti-européennes, etc. ; mais également, certains ont voté "non" pour des raisons de gauche, idéologiques, très respectables.
Et ce, même si pour ma part, je considérais le vote "non" comme la moins bonne solution.
Mon propos était notamment de dire qu'il faut continuer de promouvoir l'Europe, une Constitution, de combattre le populisme, la démagogie, le repli sur soi, de continuer à affirmer notre "oui" mais en l'expliquant et en ne prenant personne "de haut" chez les électeurs du "non".
Merci de ton message

machinchose 18/06/2005 18:24

un petit peu quand même non ?

Simon 18/06/2005 17:12

En gros, si je te comprends bien, les gentils électeurs du NON ont été manipulés par de méchant promoteurs du NON, c'est ça ??

steph 15/06/2005 20:38

Je suis bien d'accord